Bart De Wever, un maître dans la communication non verbale

De Wever communication langage non verbal

Le président de la N-VA est passé maître dans l’art des petites phrases retentissantes, dont l’écho médiatique est généralement inversement proportionnel à leur intérêt. Pourtant, selon le synergologue Betrand-Charles Attan, de l’Université de Lille XXXVIII, l’analyse du langage corporel – parfaitement maîtrisé – du nationaliste flamand permet de nuancer ces affirmations tranchées…

8sur6.be – Comment analysez-vous les dernières déclarations de Bart De Wever ?

Bertrand PoletteJe pense qu’il faut remettre ses déclarations en perspective, à la lumière de son langage non verbal. Par exemple, si vous regardez attentivement la manière dont il sourit, vous verrez que ses gencives supérieures sont découvertes, ce qui est le signe d’une force de cohésion, d’une personnalité fédératrice. Lorsqu’il salue la foule de la main, on peut voir que ses doigts sont collés les uns aux autres, sauf le majeur et l’index, tandis que son petit doigt décrit la même courbe qu’une banane, ce qui est aussi un signe d’une personnalité qui est capable de rassembler les énergies autour d’elle.

8sur6.be – On voit aussi que son apparence est très soignée, très contrôlée.

B.P.Oui, et c’est là aussi très révélateur. Un simple exemple : son mouchoir – rose, couleur de l’envie, de la rigueur et de l’esprit critique –, est toujours placé dans la poche droite de son veston, pas dans la gauche. Là encore, des professionnels entraînés comme moi peuvent y voir un signe d’ouverture d’esprit, de volonté de conciliation. Autre trait flagrant : sa démarche n’est pas tout à faire régulière, son pied droit rentre légèrement vers l’intérieur tandis que sa semelle gauche semble plus usée que la droite. C’est un signe qui ne trompe pas, révélateur d’un esprit moderne, progressiste, qui est capable de remettre en question les acquis, les traditions.

8sur6.be – On peut aller encore plus loin…

Bien sûr. Il est d’ailleurs frappant de remarquer que son plat préféré est la choucroute garnie, un plat qui a une signification sémiologique très forte selon le courant structuro-posturaliste de Hans-Matthaus Schwarzenwaldstein, le célèbre psychologue-astrologue-physicien des plasmas du 17e siècle. Selon cette doctrine, résumé dans un court traité de 1289 pages que j’ai toujours sur ma table de chevet, à côté de Cheval Magazine, la choucroute est un symbole de persuasion, de virilité, tandis que les gens qui préfèrent la glace au bacon seront plutôt associés à un caractère plus soumissif, soumissionnaire dirais-je même si le mot était dans le dico. Vous ne le verrez jamais non plus avec des traces de foutre sur son costume, ce qui est un signe qu’il prend bien soin de changer d’habits après s’être astiqué le poireau. Là encore, on voit une personne toute en maîtrise…

Une communication verbale maîtrisée, dont on sait qu’elle joue un grand rôle de nos jours dans la sphère politico-médiatique. Nul doute que Bart De Wever saura jouer de cette qualité pour les prochaines échéances électorales.

Pour approfondir :

http://www.acrimed.org/article4317.html

Crédit image : lepeuple.be

D'autres articles

.attachment-post-thumbnail { display:none; }